jeu 8 juin 2023

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FESTIC 2021 : Tribune d’expression et de promotion des identités culturelles

La Cérémonie d’ouverture de la quatrième édition du Festival des identités Culturelles (FESTIC) est intervenue ce samedi 30 Octobre 2021 au quartier Ouidi de Ouagadougou. Ce festival s’étend sur une période de sept jours à savoir du 30 Octobre au 06 Novembre 2021.

Le FESTIC est l’œuvre du Cinéma numérique ambulant (CNA) Afrique qui entend contribuer à l’éducation et à la culture du vivre-ensemble à travers le film. AU total, 24 films seront diffusés en cette 4e édition du Festival des identités culturelles du 30 au 06 novembre 2021 à Ouagadougou. Ces diffusions se tiendront dans le quartier Ouidi ainsi qu’à la cité Kossodo.

le film documentaire « DIMDOLOBSON, une mémoire éclipsée » de Christine Allot-Bouty qui a marqué la soirée d’ouverture

Le cinéma comme nous, le dit Sembene Ousmane est « l’école du soir ». Une école qui contribue au développement de l’imaginaire et des valeurs du vivre-ensemble au sein de la société. Et c’est le film documentaire « DIMDOLOBSON, une mémoire éclipsée » de Christine Allot-Bouty qui a marqué la soirée d’ouverture. Ce film selon Allot-Bouty, vise à faire revivre DIMDOLOBSON, la connaissance de son milieu et de lutter contre toute forme d’oubli ». Il convient de signaler que DIMDOLOBSON, celui qu’on qualifie de premier auteur burkinabè est méconnu de la majorité des burkinabè, pire, ses écrits sont aussi introuvables au Burkina Faso.

L’ambassadeur Filipe Sawadogo, Président de Dialogue sans frontière, parrain de la cérémonie.

A Cette première projection, l’ambassadeur Philippe Sawadogo, parrain de la présente édition décerne son satisfécit. Il estime que l’histoire de DIMDOLOBSON mérite d’être connue d’où l’intérêt de ce documentaire. Il invite les africains à être « devant et derrière la caméra afin d’écrire leur histoire propre. Au programme de ce festival, il est prévu, à l’Université Joseph Ki–Zerbo le 04 novembre, un panel sur le thème « Cinéma, outil d’éducation au vivre-ensemble ».

Wend-lassida Ouédraogo, Directeur du comité d’organisation.

« Il s’agira au cours de ce panel de mener une réflexion sur l’apport du cinéma en vue de consolider le niveau de résilience des populations » a affirmé Wend-lassida Ouédraogo, Directeur du comité d’organisation. Aussi, sera organisée le 05 Novembre à 2O heures sur le site à Ouidi, la nuit de résilience. Une nuit qui mettra en exergue des communautés à savoir, celle peulh et forgeron issue de l’ethnie moagha Car l’on ne saurait cultiver le vivre-ensemble sans nous connaitre. La parenté à plaisanterie entre peulh et forgeron sera donc à l’honneur durant cette soirée.

Cette 4e édition innove en aménageant un espace dédié aux enfants. Cet espace selon Wend-lassida Ouédraogo, vise à « initier les enfants à l’éduction à l’image en vue de leur donner une grille de lecture des images ». Retenons que cette 4e édition se tient sous le patronage du Dr Foniyama Élise Ilboudo/Thiombiano, ministre de la culture, des arts et du tourisme et sous le parrainage de l’Ambassadeur Filippe Sawadogo, président du Dialogue sans Frontière.

Windmi Frédéric LENGA (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

1ère édition des JAC: les communautés Bôbô et Peulh à l’honneur

« Renforcer les alliances culturelles pour une dynamique de...

Festival Ciné-village de Kouila: le « jour 3 » a tenu toutes ses promesses

C’est dans une ambiance festive que s’est déroulé le...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page