jeu 8 juin 2023

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

CULTURE: La 3ème édition du plus grand rendez-vous de la promotion des cultures Kassena-Nankana.

Du 22 au 24 novembre 2019 se tient à Ouagadougou la troisième édition du festival DWI JORO/ BUURI TIGSGO, le plus grand rendez-vous de la promotion des cultures Kassena-Nankana et de la destination du Nahouri. C’est à cet effet que le comité d’organisation a rencontré la presse ce jeudi 14 novembre pour une rencontre d’information sur le dérouler de l’évènement.

Avant de dérouler le programme de cette grande rencontre culturelle, les organisateurs ont tenu à faire remarquer que l’initiative est née du faite que la culture Kassena se localise seulement dans le Nahouri et est en perte de vitesse, d’où cette initiative qui dur déjà trois ans pour promouvoir la culture Kassena-Nankana. Plusieurs activités sont au programme : la journée du 22 sera consacrée à l’ouverture des stands de la foire, la parade carnavalesque guerrière, la cérémonie d’ouverture et la grande nuit du Nahouri à partir de 19 heure. La journée du 23 sera animé par des conférences sur le thème : « Impact du changement climatique sur le patrimoine culturel Kassena-Nankana » et de la grande soirée de la parole et de la mode. Le 24 le public aura droit à une conférence sur le thème : « Patrimoine Kassena-Nankana quelle contribution pour vivre ensemble » suivi de la cérémonie de clôture et de la grande nuit des distinctions et de la musique moderne du Nahouri.

Toutes les activités se dérouleront à l’espace Amadou BALLAKE du CENASA. Cette troisième édition a pour thème : « Culture Kassena-Nankana, environnement et contribution au vivre ensemble » et est placée sous la présidence de monsieur Daouda AZOUPOU ministre des sports et des loisirs, le patronage de monsieur Abdoul Karim SANGO, ministre de la culture des arts et du tourisme et le parrainage de maître Bouba YAGUIBOU ancien député, maire de Pô. Le contexte sécuritaire n’enlève en rien l’enthousiasme des organisateurs qui estiment que : « L’hommage que nous pouvons rendre à ceux qui sont tombés c’est de vivre, notre festival à sa raison d’être pour montrer aux yeux des agresseurs que nous sommes là et nous vivons ». Le festival connaitra la participation de plusieurs chefs coutumiers du Burkina et du Ghana et l’innovation cette année est qu’une place de choix a été réservée aux ethnies parenté à plaisanterie.

Parfait Fabrice SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

« The Game » acte 2: 32 compétiteurs en course pour le titre

Ouagadougou abritera, du 9 au 11 juin 2023, la...

Solidarité nationale : Burkina Impact au secours des PDI

Les Personnes déplacées internes (PDI) de Pabré centre ont...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page